Business Analyst

Business Analyst

Formation Marketing & Communication Digitale

Présentation du métier de business analyst

Le business analyst, appelé également analyste des affaires, est un véritable prévisionniste. Il a pour rôle principal de gérer toutes les ressources d’une entreprise pour que celle-ci fonctionne au mieux. Son mot préféré est donc la rentabilité. Une fois que le dossier d’un client lui est confié, il passe au peigne fin tous les services de l’entreprise qu’il accompagne pour en comprendre les rouages et les besoins afférents. Après analyse, il fait en sorte de proposer des solutions concrètes, grâce à un cahier des charges qu’il crée afin d’optimiser le rendement de chaque secteur d’activité.

Son métier est donc très cartésien et nécessite notamment l’utilisation d’outils pointus comme Sybase, Oracle ou encore Hyperion. Enfin, le business analyst se charge d’établir des prévisions budgétaires, mensuelles ou annuelles, lorsqu’une stratégie commerciale est à mettre en place.

C’est pourquoi pour devenir business analyst il est important de rejoindre une école spécialisée comme YNOV Campus afin d’acquérir les compétences nécessaires.

métier de business analytics

Les études pour devenir business analyst

Il vaut mieux être prêt à faire des études supérieures si vous comptez devenir business analyst. La plupart des entreprises qui recrutent ces experts des reportings veulent des profils ayant un bac +3 au minimum, voire un bac +5 dans l’idéal. Pour en arriver là, vous pouvez dans un premier temps regarder du côté d’une école spécialisée en marketing, comme YNOV Campus.

Elle forme, par exemple, ses étudiants au marketing digital, via le cursus bachelor marketing et communication. Au cours de ces trois ans, l’élève apprend à analyser des données numériques et à repérer les bons leviers d’acquisition pour permettre à l’entreprise d’augmenter sa visibilité en ligne et donc son chiffre d’affaires.

Les compétences à développer pour devenir business analyst

Le business analyst est un professionnel qui doit maîtriser de nombreux outils informatiques et de bureautique. Étant donné qu’il est amené à réaliser des audits techniques, il doit analyser des données, les interpréter et les confronter pour en extraire des axes d’améliorations. Il ne faut pas non plus oublier qu’il s’agit d’un commercial. Il est censé être à l’aise en public et savoir imposer ses idées quand cela s’avère nécessaire. Le business analyst est également :

  • Un conseiller
  • Un stratège
  • Un pédagogue
  • Un professionnel à l’écoute du personnel


Quel bac pour préparer un bachelor YNOV marketing et communication ?

Le business analyst est aussi doué en consulting qu’en informatique. Certes, les places sont chères en bachelor marketing et communication, mais la formation est accessible à tous les bacheliers. Ainsi, peu importe votre filière, vous pouvez postuler pour intégrer le bachelor marketing et communication afin de vous former à ce métier.

Quoi faire après être devenu business analyst ?

L’analyse de données est le domaine de prédilection du business analyst. Il peut donc travailler pour de multiples structures qui ont un besoin vital de connaître parfaitement leurs cibles pour pérenniser leur affaire. Et ensuite ? La voie qui semble naturelle dans l’évolution de carrière du business analyst est de devenir chef de projet (project manager). Celui-ci gagne alors en responsabilité et s’éloigne davantage de son rôle de détective analyste pour superviser de haut le bon déroulé d’un projet. D’autres voies plus spécialisées sont également envisageables, par exemple, celle de chef de projet digital.

Les métiers après business analyst

Le business analyst peut évoluer vers d’autres horizons s’il ne veut pas se contenter d’une montée dans la hiérarchie. Grâce à ses compétences, il peut également devenir :

Les diplômes utiles pour une carrière comme business analyst

Pour embrasser la carrière de business analyst, il est conseillé de se former pendant trois ans afin d’obtenir un bachelor en marketing et communication. Ce cursus permet d’apprendre les bases du marketing tout en abordant les enjeux digitaux actuels. Un mastère approfondit ces connaissances acquises par une spécialisation poussée.

Le marché de l’emploi pour un business analyst

Les missions du business analyst varient selon les besoins de chaque entreprise, mais également selon les innovations technologiques. De nombreuses structures recherchent ce profil de guide stratégique, mais les candidats qui répondent aux annonces se font rares. Le marché de l’emploi pour les futurs prévisionnistes est donc particulièrement favorable.

Le salaire d’un business analyst

Le salaire moyen d’un jeune business analyst peut s’élever à plus de 38 000 € bruts par an. Une fois qu’il a fait ses preuves, au bout de plusieurs années d’exercice de cette fonction, son salaire moyen est d’environ 50 000 €, voire plus.

 

data-analyst-ynov
entreprise qui recrutent des business analysts

Les types d’entreprises qui recrutent des business analysts

Les banques ou les enseignes de la grande distribution recrutent beaucoup les business analysts. Ces derniers évoluent aussi bien souvent dans des cabinets de conseil et sont chargés de gérer les dossiers de grandes structures, là où la concurrence est importante. Néanmoins, un business analyst peut aussi travailler à son compte et ouvrir son propre cabinet de consultants. Il a alors le loisir de choisir ses clients et de cibler un domaine qui l’intéresse en particulier.

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

Oui, en dehors des Ydays vous pouvez vous inscrire à de nombreux cours du soir pour le soutien dans de nombreuses matières essentielles. Cela permet notamment d’harmoniser le niveau rapidement en première année.

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source : https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.