Trader programmatique 

métier de trader programmatique
présentation du métier de trader programmatique

Le métier de Trader programmatique

Le Trader Programmatique assume un rôle stratégique croissant dans le paysage publicitaire. Responsable de la mise en œuvre, de l’achat d'espace publicitaire web aux enchères et de la gestion des campagnes, il maximise les performances tout en respectant les budgets.  

Le Trader programmatique cible les audiences avec précision pour adresser le bon message au bon segment, au bon moment, via l'achat programmatique sur différentes plateformes. Il orchestre des campagnes ciblées et performantes, anticipant les évolutions du marché et des technologies. 

Les missions d'un Trader programmatique

Le Trader Programmatique, ou Media Trader, occupe une position stratégique en orchestrant la stratégie digitale, de la conceptualisation à l'optimisation des campagnes.  

  • Conception et stratégie : il participe activement à la définition de la stratégie digitale, analyse les besoins clients, la recommandation de dispositifs pertinents et innovants pour générer du trafic sur un site internet et convertir. Il traduit ensuite le brief marketing en éléments concrets pour les web designers et intégrateurs. Il recommande des tactiques appropriées en fonction des cibles et des objectifs commerciaux pour générer des mesures critiques de livraison dans une optique ROI des campagnes
     
  • Gestion opérationnelle : de la configuration des campagnes à leur lancement, le Trader assure la mise en œuvre complète sur différentes plateformes de display programmatique (DV360, Google Ads, Teads, AAP, Xandr, etc.). Il supervise le trafic, optimise les campagnes, et s'engage dans une gestion proactive, ajustant les dépenses médiatiques en temps réel. Cet expert a généralement l’entière responsabilité du cadre de diffusion. 
     
  • Analyse et reporting : son rôle va au-delà de la simple exécution. Il fait des deals et participe à des enchères, analyse les données des campagnes, identifie les tendances, et fournit des rapports détaillés avec analyse des KPIs (CPM, CPA, taux de clics, visibilité). Cette analyse guide les optimisations des campagnes et alimente la communication régulière avec les parties prenantes internes. 
     
  • Relationnel commercial : en tant qu'interlocuteur direct des régies publicitaires, il exerce un rôle commercial crucial. Négociation, prospection, diffusion… Il entretient également des relations clients, analyse les briefs, recommande des médias, et assure le suivi complet des campagnes. 

Ces missions confirment le rôle multi-facette du Trader Programmatique, où expertise stratégique, gestion opérationnelle et relationnelle, ainsi qu'une analyse continue, sont les clés de la réussite dans l'univers dynamique des campagnes publicitaires digitales

les missions d'un trader programmatique

Le profil type d'un Trader programmatique

Vous êtes passionné par le marketing digital et avez un véritable sens de l'analyse ?  

Si tel est le cas, le poste de Trader Programmatique pourrait être une opportunité idéale pour vous. En tant qu’expert de l’achat et de la vente d’espaces publicitaires et de display programmatique, ce métier allie astucieusement analyse, curiosité et goût pour les défis quotidiens.  

Doté d'une communication exceptionnelle, le Trader Programmatique excelle dans la gestion des délais, la priorisation des tâches. Il fait preuve de rigueur et d'autonomie. Sa proactivité et son adaptabilité à divers secteurs en font un acteur clé, capable de gérer des équipes. Ses compétences s'étendent aussi bien de la maîtrise des outils d'achat media tels que DSP, Adserver, Google Ads, Meta Ads, qu’à des compétences analytiques et la proposition de solutions digitales 

Le Trader Programmatique a en charge la gestion d’espaces publicitaires de ses clients. Cette tâche nécessite une compréhension approfondie du marketing digital, mais aussi des campagnes publicitaires programmatiques. Sa maîtrise des plateformes d'achat programmatique est complétée par des compétences en analyse de données, interprétation des résultats et prise de décisions stratégiques basées sur les insights. Une appétence pour les chiffres est donc grandement conseillée ! 

Doté d'excellentes compétences en communication, il collabore efficacement avec des équipes internes et des clients, jouant un rôle déterminant dans le succès des campagnes publicitaires.  

En résumé, vous avez le profil idéal si vous aimez les challenges et êtes : 

  • Bon communicant 
  • Curieux 
  • Autonome 
  • Rigoureux 
  • Réactif 
  • Force de proposition. 

Si vous recherchez un métier stimulant et diversifié au cœur du marketing digital, le Trader Programmatique est fait pour vous. 

Le Salaire d’un Trader programmatique

Comme de nombreuses professions du secteur commercial, le responsable de secteur touche généralement un salaire comprenant une part variable. Ce salaire varie en fonction de l'expérience et des responsabilités.  

En France, le salaire moyen d’un responsable de secteur commercial débutant tourne autour de 35 000 € par an ou 2 917 € par mois. Les plus expérimentés peuvent atteindre jusqu’à 60 000 € par an, soit 5 000 € par mois, comprenant 30% de variable. 

salaire d'un trader programmatique

formations pour devenir trader programmatique

Quelles formations pour devenir Trader programmatique ? 

Pour devenir Trader Programmatique ou Media Trader, une formation académique d'au moins Bac +3 est souvent recommandée, avec une orientation vers une école de commerce ou une formation de Marketing et Communication digitale. Le métier nécessite en effet une excellente compréhension de l’univers des médias et du digital et une expérience pratique liée au programmatique. Il est assez similaire à celui d’un traffic manager ou d’un Data Analyst

Le Mastère Digital Media Manager & Retail Media d’Ynov est donc particulièrement recommandé, car il développe 3 volets indispensables dans la pratique d’un Trader programmatique : 

  • Retail Média, 
  • Média planning et programmatique 
  • SEA / SMA.  

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

Oui, en dehors des Ydays vous pouvez vous inscrire à de nombreux cours du soir pour le soutien dans de nombreuses matières essentielles. Cela permet notamment d’harmoniser le niveau rapidement en première année.

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source : https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.