Consultant en e-réputation 

métier de consultant en e-reputation
présentation du métier de consultant en e-réputation

Le métier de Consultant en e-réputation 

Expert en e-marketing, le consultant en e-réputation guide les entreprises pour optimiser leur présence en ligne. En surveillant attentivement les avis clients et mentions sur les réseaux sociaux, il propose des stratégies visant à améliorer la réputation en ligne

Ce professionnel élabore des plans de communication, collabore avec les marques et assure le suivi des actions. Spécialiste de la gestion de crise, il garantit à ses clients une image positive sur les moteurs de recherche.

Les missions d'un Consultant en e-réputation

Le consultant en e-réputation joue un rôle déterminant dans la gestion de l'image en ligne des entreprises. Ses missions peuvent varier, en fonction de la structure qui l’emploie : grande entreprise, agence de communication ou agence online. Mais il est généralement chargé de définir une politique de communication en collaborant étroitement avec la marque, pour ensuite élaborer des plans de communication et assurer la bonne réalisation des outils et actions définis.  

Le consultant en e-réputation mesure le succès du projet en vue d'apporter des modifications aux moyens de communication. Il présente ensuite le résultat de ses analyses à la direction. Au quotidien, le consultant en e-réputation réalise une veille sur l'image de marque de l'entreprise, analyse les interventions online des concurrents et planifie les actions pour optimiser la présence de la marque sur internet. Pour ce faire, il identifie et fidélise les leaders d'opinion, détecte les signaux faibles et gère les crises sur les réseaux sociaux. 

En résumé, cet expert en e-réputation :  

  • Élabore la stratégie de communication online  
  • Participe à la négociation du budget 
  • Supervise les campagnes en ligne 
  • Gère les aspects éditoriaux 
  • Recrute et encadre les relations avec les prestataires Web 
  • Organise la charge de travail 
  • Veille à la mise en place d'outils de détection d'alertes et de chartes éditoriales. 

En assurant le reporting quantitatif et qualitatif, il joue un rôle essentiel dans la compréhension des conséquences sociologiques du digital et dans l'optimisation de la réputation en ligne des entreprises. Finalement, le consultant en e-réputation exerce son expertise en e-marketing et communication digitale, offrant des conseils précieux pour améliorer la visibilité et la confiance des clients en ligne. 

missions d'un consultant en e-réputation

Le profil type d'un Consultant en e-réputation

Le consultant en e-réputation, professionnel clé dans la gestion de l'image en ligne, doit posséder un ensemble de compétences et qualités spécifiques. Tout d'abord, il doit être à l'aise avec les nouvelles technologies et avoir une bonne maîtrise des différents réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Threads, Tik Tok ,Snapchat, etc.).  

La créativité est une qualité essentielle, lui permettant d'élaborer des stratégies de communication percutantes. Sa réactivité se révèle cruciale pour trouver rapidement des solutions en cas de crise. D'excellentes compétences rédactionnelles sont indispensables pour ce poste. 

En termes de qualités, le consultant en e-réputation doit être polyvalent, rigoureux, méthodique et capable d'anticiper les tendances. Il doit également démontrer :  

  • Un bon sens de l'écoute 
  • Une ouverture aux autres 
  • La capacité d’adaptation 
  • La curiosité 
  • Un esprit d'analyse et de synthèse 
  • De l'organisation 
  • Le respect des délais 

Les compétences clés de ce métier incluent la maîtrise des outils de veille, du Social Media Listening, des techniques de recherche d'informations, ainsi que des connaissances approfondies en webmarketing. Le consultant en e-réputation doit également exceller dans la conception de stratégies de communication digitale ou audiovisuelle et en gestion de crise. Une appétence pour la gestion administrative et des connaissances en négociation sont des atouts supplémentaires. 

Finalement, son savoir-être se traduit par une ouverture aux autres, une aptitude à travailler en équipe. Outre la prise d'initiative et la précision, il se doit d’être attentif et à l'écoute de ses clients. En tant que communicant, créatif et expert du digital, le consultant en e-réputation contribue à façonner une image en ligne positive pour les entreprises. 

Le salaire d’un Consultant en e-réputation

Un consultant en e-réputation débutant peut s'attendre à un salaire mensuel compris entre 2 000 et 2 500 euros bruts.  

Pour les professionnels expérimentés, le salaire mensuel moyen d'un Consultant en e-réputation varie généralement de 3 333 à 6 666 euros. 

Les experts hautement qualifiés peuvent même atteindre jusqu'à 7 916 euros ou plus par mois, selon leur niveau d'expérience, le nombre de projets gérés et la réputation de l'agence pour laquelle ils travaillent.  

Ces chiffres démontrent l'essor significatif de ce métier, offrant des perspectives d'évolution et des rémunérations attractives. 

salaire d'un consultant en e-réputation

formations pour devenir consultant en e-réputation

Quelles formations pour devenir Consultant en e-réputation ? 

Pour devenir consultant en e-réputation, une formation BAC+5 est essentielle, idéalement dans une école de communication, de commerce, avec une spécialisation en e-business ou communication e-business. Des formations allant de Bac+2 à Master, notamment en communication, journalisme ou webmarketing, sont également valables.  

Ynov propose le Mastère Social Marketing, Influence & E-réputation, une formation complète permettant d'apprendre à piloter l'image d'une marque sur les espaces conversationnels digitaux, à gérer des campagnes d'influence, et à optimiser les relations avec les influenceurs. Des certifications éditeurs renforcent le parcours, incluant Google, Méta, LinkedIn, Digimind, et Hubspot. La formation idéale pour exceller en tant que consultant en e-réputation. 

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

Oui, en dehors des Ydays vous pouvez vous inscrire à de nombreux cours du soir pour le soutien dans de nombreuses matières essentielles. Cela permet notamment d’harmoniser le niveau rapidement en première année.

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source : https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.