Directeur commercial 

métier de directeur commercial
présentation du métier de directeur commercial

Le métier de Directeur commercial

Le directeur commercial est responsable de la prospection et de la fidélisation clients, visant à développer le chiffre d'affaires. Il supervise une équipe de vendeurs, élabore la stratégie commerciale, et rend compte à la direction générale.  

Son rôle central implique la définition, l'animation et la supervision de la stratégie commerciale pour augmenter les ventes et le chiffre d'affaires. Il occupe une position de haute responsabilité, cruciale pour la performance et la pérennité de l'entreprise. 

Les missions d'un Directeur commercial

Le directeur commercial élabore et supervise la politique commerciale de l'entreprise.  

Sa mission clé est d'améliorer la rentabilité en trouvant de nouveaux clients, lançant de nouveaux produits et services, et améliorant la satisfaction client.  

Ses tâches comprennent la définition de la stratégie, la gestion des équipes, l'établissement de budgets, et le suivi des performances. En collaboration avec d'autres départements, il s'assure de la cohérence entre la stratégie commerciale et les objectifs de l'entreprise. Ce qui requiert une collaboration étroite avec les départements marketing, communication, finance, et RH. 

Ses responsabilités incluent également la prospection de nouveaux marchés, la gestion des grands comptes, et la participation à des événements et salons professionnels pour renforcer l'image de l'entreprise. Le directeur commercial œuvre au niveau local, régional, national, voire international, en fonction de la taille de l'entreprise, avec des déplacements fréquents, y compris à l'étranger. 

Les compétences du Directeur Commercial sont multiples : 

  • Élaboration de la politique commerciale 
  • Identification des évolutions du marché et études de la concurrence 
  • Lancement de nouveaux produits et services 
  • Fixation de la politique tarifaire 
  • Mise en place d'outils de vente (CRM, ERP) 
  • Organisation d'actions commerciales et promotionnelles 
  • Recrutement et encadrement des équipes commerciales 
  • Construction des budgets et des ventes prévisionnelles 
  • Suivi et analyse des performances commerciales 
  • Reporting auprès de la direction générale 
  • Réorientation de la stratégie si nécessaire 
  • Évaluation de la performance individuelle et collective 
  • Développement des compétences des collaborateurs 
  • Intervention en support sur des dossiers complexes 

Le directeur commercial joue un rôle essentiel en dirigeant l'ensemble des activités commerciales, de la planification stratégique à la mise en œuvre opérationnelle, contribuant ainsi au succès et à la pérennité de l'entreprise. 

missions d'un directeur commercial

Le profil type du Directeur commercial  

Le directeur commercial occupe un poste clé dans la croissance et la stabilité de l’entreprise. Son profil type requiert des connaissances approfondies en vente, merchandising, management, gestion, économie locale, et la maîtrise d'une ou deux langues étrangères, dont l'anglais.  

Ses qualités indispensables incluent une aisance relationnelle pour jouer le rôle d'interface entre la direction et son équipe, une autorité naturelle pour fédérer et stimuler l'équipe, une adaptabilité à différents interlocuteurs et environnements, de l’organisation pour coordonner les activités, et une rigueur méthodologique pour mettre en place et suivre la politique commerciale. 

Le directeur commercial doit démontrer un sens aigu de l'argumentation pour négocier des contrats de vente, ainsi qu'une autonomie dans le pilotage de son équipe et une force de décision dans les choix stratégiques. Sa grande résistance à la pression est essentielle pour relever les défis et challenges inhérents à sa fonction. 

Au-delà des compétences techniques, le directeur commercial doit être familiarisé avec les principes de la vente consultative, adhérer au concept de l'inbound marketing, poser les bonnes questions aux prospects, mettre en place des stratégies pour atteindre ses objectifs. La capacité à construire une marque, à établir des attentes en adéquation avec celles du client, et à maîtriser le modèle commercial des clients est cruciale. Il doit donc être attentif aux détails, avoir des compétences solides en gestion de projet, faire preuve de curiosité pour comprendre et dépasser les attentes des prospects. 

Enfin, le directeur commercial doit instaurer un climat de confiance et de bienveillance avec ses collaborateurs pour favoriser la performance de l'équipe et atteindre les objectifs commerciaux. 

Le salaire d’un Directeur commercial

Le salaire mensuel d'un directeur commercial d’une entreprise B to B ou B to C fluctue en fonction de divers paramètres tels que l'expérience, la formation, la taille et la nature de l'entreprise, le secteur d'activité et la localisation.  

La rémunération mensuelle se compose généralement d'une part fixe, d'une part variable, et de primes liées aux performances. En région IDF, sans primes, il tourne autour de 5 833 € par mois dans les secteurs des services, de l'industrie, ou de la high tech. 

Le salaire mensuel brut moyen d’un directeur commercial junior est d'environ 5 250 €, pouvant atteindre jusqu'à 7 167 € pour les profils expérimentés. 

salaire d'un directeur commercial

formations d'un consultant en organisation

Quelles formations pour devenir Directeur commercial ? 

Devenir directeur commercial nécessite plusieurs années d'expérience dans la vente et le marketing. Vous pouvez suivre une formation jusqu'à bac +5 dans des écoles de commerce, des écoles d'ingénieurs ou des masters professionnels.  

Face à la transformation digitale des entreprises, le directeur commercial doit exploiter les opportunités offertes par le numérique et en connaître tous les outils. En ce sens, la formation Ynov en cinq ans est idéale. Elle débute par un Bachelor en Marketing & Communication digitale et se poursuit avec le Mastère Digital Business Developer pour renforcer les compétences en management, en prospection et fidélisation, et en vente et négociation

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

Oui, en dehors des Ydays vous pouvez vous inscrire à de nombreux cours du soir pour le soutien dans de nombreuses matières essentielles. Cela permet notamment d’harmoniser le niveau rapidement en première année.

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source : https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.