Data Engineer

Métier de data engineer

Présentation du métier d’ingénieur base de données

Trois grandes expertises interagissent dans le domaine de la data : le big data engineering, la science des données et les données analytiques. Bien que leurs champs d’application soient différents ils jouent un même rôle : réunir, exploiter et analyser des données informatiques via des outils spécifiques pour le compte des entreprises. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur le métier de Data engineer, également connu sous le nom d’ingénieur base de données.

Le métier d’ingénieur base de données à le vent en poupe et devance celui du digital scientist. Il s’agit du pionnier de la chaîne de traitement des données. Son travail consiste à déterminer, développer et proposer un matériel et des outils adéquats à l’analyse des données mise en place par l’équipe Data science. Cet expert informatique utilise son savoir-faire pour résoudre les problèmes de qualité de l’entreprise en termes de données afin d’améliorer leurs aspects opérationnels. Son quotidien jongle entre l’utilisation et l’analyse de plusieurs sources de données, le nettoyage de celles-ci, les jointures et filtres ainsi que leur stockage dans différents supports.

Certaines personnes confondent toujours le métier d’ingénieur base de données avec celui du digital scientist. Cet amalgame s’explique par le fait que tous deux interviennent dans les opérations de traitement données. Le premier valide la conformité des données et leur qualité, nécessaire au travail du digital scientist. Les algorithmes de machine learning utilisés par le second pour établir son modèle d’apprentissage découlent largement de la cohérence et de la véracité des données. En résumé, l’ingénieur base de données établit des données valides, tandis que le digital scientist est tenu d’en donner la signification pour en extraire de la valeur. Ces métiers diffèrent par leurs rôles et leurs fonctions. Les études menées pour aboutir aux métiers sont également distincts. Pour devenir digital scientist, un BAC+4 ou +5 en marketing, en management, en statistique ou faire une école informatique permet d’accéder à ce poste. Une formation de niveau BAC+3 ouvre à des postes d’assistants.

Un autre métier qui mérite aussi l’attention est le développeur base de données. À l’instar de l’ingénieur base de données, ce spécialiste en informatique crée un grand nombre de bases de données. Il a la charge de l’accessibilité et de la cohérence permanente des informations.

Les offres emploi liées au métier d’ingénieur base de données sont en hausse constante. Son recrutement dans une entreprise est motivé par trois raisons : la collecte de données, le reporting et le Big Data.

data-engineer

Les études pour devenir ingénieur base de données

Un programme de master spécialisé dans le domaine privé ou public est le tremplin idéal pour exercer ce poste. Un master accrédité par une conférence de grandes écoles dédiées dans cette option est aussi une piste à creuser. Le but étant de vous familiariser avec cet univers et les technologies y afférentes. Certains masters peuvent être accompagnés d’enseignements supplémentaires comme le RGPD, le management de la donnée, le MDM…

Les masters qui forment sur ce métier ne sont pas nombreux. Parmi eux, le mastère ingénieur base de données, qui est disponible chez YNOV Campus. Les cours sont donnés par des professionnels en activité qui connaissent les réalités du terrain.

À défaut d’un mastère spécialisé, vous pouvez passer des certifications, notamment si vous êtes autodidacte ou si vous avez un niveau avancé en tant que consultant informatique. Les MMOC (Massive Onlive Open Course) peuvent également être de très bons plans.

Les compétences à développer pour devenir ingénieur base de données

Ce professionnel évolue dans des entreprises de tailles différentes et de secteurs d’activités confondus. Dans sa routine de tous les jours, il travaille particulièrement sur ordinateur.

Il est contraint d’avoir de diverses compétences techniques telles que :

  • La maîtrise des codes Java, C/C++, Python… et des systèmes d’exploitation (Linux, Unix).
  • Une connaissance accrue des technologies SQL, NOSQL pour résoudre les problématiques de base de données.
  • Une forte expertise des frameworks de calcul comme Hadoop, Kafka, Spark.
  • L’exploration de données, le deep learning et l’intelligence artificielle.

Il est également tenu de disposer des qualités comme :

  • Un sens aigu de l’organisation.
  • Une bonne réactivité.
  • Un excellent esprit d’équipe.

Quel bac pour préparer une formation YNOV ?

La formation diplômante d’YNOV est accessible après un Bac. Le master en ingénieur base de données dispensé vous permet à la fois d’obtenir un diplôme et de renforcer votre expérience professionnelle. Grâce à ce mélange gagnant, vous pouvez trouver une place rapidement sur le marché du travail.

Quoi faire après être devenu ingénieur base de données ?

Son profil diversifié permet à l’ingénieur base de données de se présenter à des postes dans plusieurs secteurs d’activité : commerces en ligne, banques, marketing, comptabilité, grande distribution, assurances, transport, etc.

Les métiers après ingénieur base de données

Un master ingénieur base de données vous ouvrira les portes à des métiers comme digital Scientist ou Chief Data Officer en fonction de l’entreprise dans laquelle vous officiez. Si vous continuez dans votre lancée, vous pourrez aspirer à des postes, à savoir ceux d’analyste de données marketing, d’architecte informatique ou encore de manager de la qualité des données.

Les expériences utiles pour une carrière comme ingénieur base de données

Ce professionnel a gravi les échelons après avoir suivi une formation supérieure en école d’informatique, école d’ingénieur ou un mastère spécialisé dans l’IA ou la Data science. Une première expérience en alternance ou issue d’un stage est recommandée pour monter de grade petit à petit.

Le marché de l’emploi pour ingénieur base de données

Les offres d’emploi en ingénieur base de données ne sont pas prêtes à se tarir. Au contraire, le marché est florissant et cela se comprend. À l’ère du digital et avec la pandémie qui sévit, les comportements d’achat et de vente se sont rués sur Internet. Le secteur se porte bien et reste prometteur pour les nouveaux apprentis.

Le salaire d’un ingénieur base de données

Son salaire dépend grandement de l’expérience, des compétences, des technologies maîtrisées et de sa zone d’implantation. Les revenus sont plus importants en région parisienne que dans les périphériques. Les salaires bruts peuvent atteindre jusqu’à 3 000 €/mois pour les premières prises de poste. Un consultant senior peut toucher dans les 6 000 €/mois. Sur Indeed, le salaire moyen s’élève à 47 044 €/an. Cette estimation repose sur les salaires envoyés anonymement et des offres d’emploi actuelles publiées sur le site.

data-engineer2
data-engineer3

Les types d’entreprises qui recrutent des ingénieurs base de données

Ces professionnels peuvent travailler au sein d’une grande entreprise. À ce titre, ils sont amenés à concevoir l’infrastructure du système de traitement des données. Ils interagiront avec le digital scientist, l’analyste de données… Ils sont aussi recrutés par les start-ups pour assurer la collecte, le stockage et l’exploitation des données. Leur aide est précieuse pour développer des solutions capables de traiter de gros volumes de données en peu de temps.

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source :
https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.