Pilote d’exploitation

métier de pilote d'exploitation

Présentation du métier pilote d’exploitation 

Le pilote d’exploitation est un technicien qui est chargé de la surveillance des ressources informatiques, afin maintenir leur bon niveau de fonctionnement. Dans le respect des consignes, le pilote d’exploitation supervise les infrastructures informatiques et assure la résolution des problèmes en cas d’incidents, dont il doit détecter les signes avant-coureurs. Il est également en charge du suivi des flux applicatifs ainsi que des actions et applications relatives au dossier d’exécution. 

Le pilote d’exploitation a également pour rôle la mise à jour de la documentation technique et se doit de se tenir informé des nouveautés concernant son secteur d’activité. 

Analyser les messages reçus sur l’unité de pilotage, diagnostiquer un incident, intervenir en cas de panne, maintenir la documentation du pilotage et avoir un rôle de surveillance en assurant le maintien des conditions générales de production : le pilote d’exploitation est un véritable chef d’orchestre interne. Ses capacités à réagir rapidement en cas d’incident et à maintenir le système d’exploitation en bon état de fonctionnement font de lui un élément essentiel dans une équipe technique. Il sait communiquer avec les professionnels qui l’entourent et travailler en équipe, ce qui est une véritable force dans ce milieu. Il a une connaissance accrue de l’informatique et des réseaux, qui lui permet d’intervenir rapidement et efficacement en cas de panne. Il s’adapte à l’évolution technologique et n’hésite pas à mettre à jour ses connaissances techniques et informatiques. 

Le pilote peut également intervenir à distance grâce au télépilotage et gérer les serveurs de façon automatique. Avec le développement des systèmes ouverts, le pilote d’exploitation peut se focaliser sur d’autres tâches et déléguer une partie de son activité en remote

 

Les études pour devenir pilote d’exploitation

Pour les passionnés d’informatique et de systèmes d’exploitation, Ynov Campus a créé un parcours d’études sur 5 ans dédié à l’apprentissage des métiers du digital. La formation de programmation et de développement débute par un Bachelor en 3 ans, dont les 2 premières années sont construites en socle commun afin d’apprendre un maximum de bases. En première année, vous découvrirez votre potentiel à travers des cours de développement autour de Java et de POO. Vous apprendrez à configurer un réseau grâce au cours sur l’infrastructure et le SI, tout en élaborant en parallèle votre premier projet collectif lors de la mise en situation professionnelle. Vous créerez votre propre équipe pluridisciplinaire et aurez l’opportunité de nouer des liens avec les étudiants de votre promo et commencer à créer votre réseau professionnel. 

En deuxième année, les cours de développement produit et d’infrastructure s’intensifieront pour que vous puissiez explorer vos capacités et développer des connaissances solides. La troisième année sera celle de la spécialisation, vous aurez alors à choisir entre plusieurs parcours : Data, développement, infrastructure, game programming ou cybersécurité. Pour le métier de pilote d’exploitation, vous pourrez vous tourner vers les cursus de développement ou d’infrastructure afin d’étoffer vos compétences. Si vous êtes issus d’un parcours en informatique et souhaitez intégrer notre Bachelor directement en troisième année, vous pourrez le faire grâce à la passerelle d’admission et une validation de vos connaissances. 

Pour le Mastère, vous aurez le choix entre plusieurs spécialités : 

 

Le Mastère en développement logiciel, mobile & IoT est dédié à l’exploration de l’architecture logicielle et du développement de logiciel avancé. Vous aurez un cursus composé de 6 matières majeures, 3 électives obligatoires et 3 autres à sélectionner parmi une liste de soft skills. 

Le Mastère de développement web est concentré autour de la coordination de développement front et back et le web sous tous ses angles (mobile, full stack, services). Vous choisirez également parmi une liste d’électives les matières que vous souhaitez approfondir pour développer votre savoir-faire. Ces 2 Mastères sont ouverts à la préparation d’un titre RNCP de niveau 7 : Expert informatique et systèmes d’exploitation

Le Mastère Expert en systèmes embarqués est quant à lui dédié au développement de logiciels embarqués et autres intelligences artificielles. Le cursus se déroule autour de 6 matières majeures obligatoires, et 6 électives à choisir parmi celles qui correspondent le plus à votre projet professionnel. Ce Mastère vous ouvre les portes de la préparation du titre RNCP de niveau 7 Chef de projet Systèmes embarqués

Tous ces parcours sont disponibles avec le système d’alternance. Vous intégrerez l’entreprise de votre choix pour travailler sur vos compétences en conditions réelles, tout en étant entouré par une équipe d’experts qui seront prêts à vous transmettre les secrets de leur métier de pilote d’exploitation. Cette alternative vous permettra de financer vos études et d’approfondir votre savoir-faire ! 

 

Les compétences à développer pour devenir pilote d’exploitation 

– Connaître les outils et systèmes de la plateforme utilisée par l’entreprise ; 

– Être rigoureux et faire preuve de réactivité en cas d’incident ; 

– Connaître et respecter les normes d’exploitation et de sécurité ; 

– Maîtriser les outils et systèmes de supervision ; 

– Avoir une bonne communication et un esprit d’équipe ; 

 

Quel bac pour préparer le Bachelor Ynov Informatique ? 

Afin de préparer au mieux votre entrée dans notre cursus Ynov Informatique, nous vous conseillons d’opter pour un bac avec option numérique et sciences de l’informatique. Ce baccalauréat vous aidera à appréhender les bases de la programmation telles que l’élaboration d’un logiciel, la création d’un site Internet ou encore la mise en œuvre d’une application pour smartphones. 

Un bac avec une option mathématiques ou encore une option anglais serait un vrai plus : en effet, ces 2 disciplines vous suivront tout au long de votre carrière dans l’informatique en tant que pilote d’exploitation ! 

 

Quoi faire après être devenu pilote d’exploitation ?

Après avoir exercé comme pilote d’exploitation, vous aurez la possibilité de vous reconvertir dans un grand nombre de métiers de l’informatique. Grâce à votre formation Ynov, les compétences transversales que vous aurez développées seront un excellent atout pour votre réorientation ! Les métiers tels que consultant IoT, ingénieur mécatronique, ingénieur en conception électronique ou encore ingénieur systèmes seront à votre portée. 

Si le côté managérial vous tente, vous pourrez devenir coordinateur de pilotes et gérer votre propre groupe d’exploitation. Pour cela, une VAE sera nécessaire, afin de faire valider vos acquis de l’expérience. Vos connaissances en matière d’exploitation et de bases de données seront un véritable atout. Le management d’équipe requiert une bonne dose d’écoute, d’empathie et également de communication. Si piloter votre propre équipe vous intéresse, vous pourrez également vous réorienter en tant que chef de projet ! Des carrières comme responsable technique ou encore ingénieur d’exploitation seront également à portée de CV. 

 

Les métiers après pilote d’exploitation 

Tout savoir sur le métier de consultant IoT 

Tout savoir sur le métier d’ingénieur en conception électronique 

Tout savoir sur le métier d’ingénieur mécatronique 

Tout savoir sur le métier d’ingénieur systèmes 

 

Les diplômes utiles pour une carrière comme pilote d’exploitation 

Tout savoir sur le Mastère Expert en développement web 

Tout savoir sur le Mastère Expert en cybersécurité 

Tout savoir sur le Mastère Expert en Cloud, sécurité & infrastructure 

Tout savoir sur l’alternance Infrastructure & Systèmes d’information 

 

Le marché de l’emploi pour pilote d’exploitation

Le métier de pilote d’exploitation est un des emplois spécifiques au secteur de l’informatique et représente un pourcentage peu élevé des métiers liés à ce domaine. Toutefois, de plus en plus d’entreprises sont à la recherche d’un pilote d’exploitation pour gérer les normes et standards de sécurité liés à l’exploitation ainsi que la maîtrise de tous les outils et systèmes de supervision. Le pilote d’exploitation « chapote » les projets en cours grâce à ses compétences en entretien des systèmes et réseaux, ainsi que sa capacité à réagir en cas d’incident, notamment au niveau de la base de données. 

Le pilote ou technicien d’exploitation est en charge du maintien des infrastructures informatiques en conditions opérationnelles, tout en respectant les consignes. Il travaille en étroite collaboration avec l’équipe informatique, et son esprit collaboratif est un vrai plus ! Avec une bonne aisance communicationnelle et une réactivité hors pair, le pilote d’exploitation est un élément indispensable dans la bonne gestion d’un projet. 

 

Le salaire d’un pilote d’exploitation 

Le salaire d’un pilote d’exploitation junior en France est d’environ 2 000 euros mensuels. Pour un salaire médian, on compte 26 000 euros annuels. Un pilote d’exploitation confirmé tourne autour de 3 500 euros mensuels. Le salaire peut dépendre de plusieurs facteurs : l’expérience du technicien, son nombre d’années au sein de l’entreprise, le type d’entreprise ainsi que le contrat sous lequel il exerce sa fonction. 

Le pilote d’exploitation peut également choisir d’exercer en indépendant et de lancer sa propre entreprise. Son chiffre d’affaires va alors dépendre de sa localisation, du type de missions qu’il propose, de sa clientèle (start-up, association, PME, multinationale…) ainsi que des prix en vigueur sur le marché. En effet, il devra prendre en compte des tarifs exercés par ses concurrents afin de ne pas proposer des prix trop élevés ou au contraire trop bas par rapport à ce qui se fait habituellement dans ce domaine. Le pilote d’exploitation freelance devra également tenir compte des taxes et cotisations relatives au statut d’indépendant, qui vont varier notamment en fonction de son statut (entreprise individuelle ou société). 

 

Les types d’entreprise qui recrutent des pilotes d’exploitation 

 

Le pilote ou agent d’exploitation peut être recruté par tout type d’entreprise. De la start-up à la grande entreprise en passant par la TPE ou PME, le pilote d’exploitation a une place importante au niveau de la production et de la protection des infrastructures informatiques. Il peut donc entrer en tant que junior dans une entreprise et évoluer jusqu’à obtenir un degré plus élevé ou même se positionner sur plusieurs projets.   

Les secteurs qui embauchent des pilotes d’exploitation sont principalement concentrés autour de l’informatique. Des domaines comme la mécatronique, l’ingénierie ou encore les intelligences artificielles font de plus en plus appel à des pilotes ou techniciens d’exploitation pour la gestion des données et des systèmes. Le secteur tertiaire – celui des services – est en pleine évolution vers le numérique depuis plusieurs années et tend à avoir besoin de pilotes d’exploitation. 

En freelance, le pilote d’exploitation peut travailler avec tout type d’entreprise. Il est amené à gérer plusieurs clients, veiller à l’évolution de sa propre entreprise et promouvoir ses offres afin de cibler sa clientèle. Le statut d’indépendant lui confère une plus grande autonomie au niveau des tâches et de la diversification de sa clientèle. 

FAQ

Les diplômes sont-ils reconnus ?

Oui, les diplômes sont certifiés par le ministère du travail. Ce sont des titres de niveau 6 et 7 inscrits au RNCP. Cette certification vous assure l’employabilité et le niveau de salaires attendus par rapport au nombre d’années d’études que vous avez effectuées. Nous vous invitons à visiter les pages concernant nos anciens étudiants pour vérifier par vous-même la qualité des parcours présentés.

Le rythme alterné en 1ère et 2e année

Depuis plusieurs années, nous travaillons en demi-journées pour tous les étudiants. C’est à dire que chaque jour de cours est condensé sur une demi-journée. Cette demi-journée alterne à chaque période de vacance scolaires. Cela vous permet d’organiser votre journée pour vos activités extra-curriculaires comme un engagement associatif, un emploi à temps partiel, un perfectionnement…

Comment financer mes études ?

Pour beaucoup d’étudiants, financer ses études est une préoccupation importante. Quand la famille ne peut subvenir à cette dépense importante, il est possible de trouver des alternatives pour étudier dans un établissement supérieur privé. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • L’alternance
    • Dès la troisième année étudier en alternance vous permet d’obtenir un salaire et de financer vos études. Vous pourrez travailler en contrat pro ou en contrat d’apprentissage (voir question “Types de contrats”).
  • Le job étudiant
    • Si vous ne trouvez pas de contrat alterné, le rythme des études pour les années concernées (3, 4 et 5 ou 4 et 5) vous permet tout de même d’exercer un job étudiant à l’extérieur pour financer vos frais de scolarité et votre vie étudiante. 
  • Le prêt étudiant
    • En première et deuxième année, vous pourrez passer par un prêt étudiant, de nombreuses offres existent aujourd’hui auprès de l’établissement bancaire de votre choix. 
  • Les bourses
    • Les bourses ne sont pas applicables à l’enseignement supérieur privé.

Y a-t-il des cours de soutien ?

L’alternance, pour qui ?

Le contrat d’apprentissage

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus ;
  • Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus : les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu, les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise et les sportifs de haut niveau.

A noter : les jeunes ayant achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire (fin de 3ème) peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans révolus

Quels employeurs ?

  • Les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et des professions libérales ;
  • Les employeurs du secteur public non industriel et commercial (fonctions publiques d’État, territoriales et hospitalières, ainsi que les établissements publics administratifs).

Le contrat de professionnalisation

Quels publics ?

  • Les jeunes âgés de 16 à 25 ans ;
  • Les demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus ;
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de parent isolé (API) dans les DOM et les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
  • Les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé.

Quels employeurs ?

  • Tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue

L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.
Source :
https://www.alternance.emploi.gouv.fr/  au 15/06/2021

Est-ce qu’Ynov est une école accessible sur concours ?

Il n’y a pas de concours écrit à proprement parler pour rejoindre un cursus Ynov. Votre motivation, vos compétences et votre profil seront évalués lors de votre entretien individuel avec le chargé d’admission de la filière visée. Le processus d’inscription à nos cursus Ynov est entièrement gratuit.

Quels sont les différents types de contrats ?

Voici en quelques mots la différence entre contrat d’apprentissage et contrat pro, vous trouverez tous les détails sur la page officielle du service public.

Contrat d’apprentissage

  • âge : 16 à 29 ans strictement sauf dérogation (voir le site officiel)
  • durée : Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 27 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.

Contrat de professionnalisation

  • âge : 16 à 25 ans et + sous conditions (prime d’activité, A.S.S., A.A.H., C.U.I.)
  • durée : S’il s’agit d’un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois. Elle peut être allongée dans certaines situations.
  • type de contrat : CDD ou CDI
  • rémunération : Entre 55 % et 100 % du Smic suivant l’âge et le niveau d’études, ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l’accord de branche de l’entreprise si plus favorable

Les rythmes de l’alternance ?

Dès la 3ème ou la 4ème année d’études, votre rythme sera alterné. Vous passerez 50 % du temps + les vacances scolaires à plein temps en entreprise, et le reste du temps à l’école. Le rythme en entreprise est de 3j en entreprise / 2j à l’école chaque semaine, plus les vacances scolaires en entreprise.